Le 5 octobre 2019

Du matin jusqu'à la fin de la nuit

ConférencIERs

Renate Winter

Dès le début de sa carrière comme Juge des Mineurs en Autriche (1981-1996), Madame Renate WINTER a travaillé, avec conviction et réalisme, à la promotion d’une Justice des Mineurs efficace par la diversité des approches alternatives à la privation de liberté, dans l’esprit d’une justice restauratrice, soucieuse des droits de l’enfant, de l’intérêt des victimes et de la priorité à la réinsertion.
Présidente de l’Association Internationale des Juges des mineurs et de la famille (dans les années 1990), Madame WINTER a effectué de très nombreuses missions de formation en justice des mineurs pour, entre autres, l’UNICEF, le Conseil de l’Europe, la Fondation Terre des hommes, etc. Elle a rédigé le « Model de loi en Justice des mineurs » pour l’ONUDC (Vienne). Nommée par le Secrétaire-Général de l’ONU Juge internationale dans le cadre de la Mission des Nations Unies au Kosovo (UNMIK -2000-2002), puis à la Cour Spéciale Internationale au Sierra Leone (en 2002, et comme Présidente de 2008 à 2010), elle a été aussi  été nommée Coordinatrice des projets de l’Union Européenne pour la refonte du système de justice des mineurs en Géorgie (depuis 2012).
Depuis 2017, Madame Renate WINTER préside le Comité des Droits de l’enfant au Conseil des Droits de l’homme des Nations Unies à Genève.

Natalia Savcina

Natalia Savcina est une experte dans le domaine de l’assistance aux victimes de la violence domestique et de la lutte contre la traite des êtres humains. Elle a plus de 12 ans d’expérience dans ce domaine. Actuellement, elle est fondatrice et directrice de l’organisation non gouvernementale Center for Social and Legal Innovations “Women’s Initiatives”. Depuis 2011, elle travaille étroitement et efficacement avec Vivere sur l’assistance aux victimes de la traite des êtres humains de la région du Golfe Persique. Elle est également membre du Conseil public pour la protection des droits des patients au Ministère de la santé de Transnistrie, membre du Conseil consultatif au Ministère de la protection sociale et du travail, membre de l’Union des éducateurs sociaux et des travailleurs sociaux de Russie, membre de la “Plate-forme transnistrienne pour la prévention de la violence domestique et la protection des droits des femmes”.

André Barthelemy

André Barthélemy est né en 1936 à Lyon.

Dès 1956 il participe activement à la lutte contre la guerre d’Algérie et la pratique routinière de la torture par l’armée française.

Dans un souci d’efficacité, ll s’engage politiquement dans un parti créé au nom de cette cause puis, la paix enfin venue, pour l’autogestion : le Parti  Socialiste Unifié (P.S.U) , il y est élu secrétaire de la Fédération du Rhône puis membre du Bureau National.

Après un début de vie professionnelle dans l’enseignement, il crée une association de vacances et de voyages atypique : elle affiche fièrement son double objectif : démocratiser, en pratiquant des prix accessibles, les voyages hors des frontières françaises et , dans le même temps, faire découvrir, par des méthodes adaptées, au-delà des paysages, fussent-ils aussi beaux que l’île yougoslave de Cres où commence l’aventure, d’autres sociétés et les régimes politiques qu’elles ont choisis ou qu’elles subissent. Une aventure couronnée de succès puisque ARVEL, fondée sans argent, sans personnel salarié, sans boutique, sans bureau, devient 20 ans plus tard l’une des premières organisations de tourisme de France, hors Paris, enchantant chaque année 20 000 voyageurs.

Avec l’appui du Conseil d’Administration , André Barthélemy décide en 1990 d’utiliser une part significative des fonds accumulés pour créer Agir Ensemble pour les Droits de l’Homme dont il assumera la présidence jusqu’en 2012.

Dans 30 pays, la plupart en Afrique sub-saharienne et en Amérique latine mais aussi en Asie et en Europe de l’est, AGIR noue des partenariats dans la durée pour lutter concrètement contre les divers formes de barbarie : arrestations et détentions arbitraires, torture, trafic des êtres humains et surtout des enfants, pratiques rituelles mortifères, exécutions extrajudiciaires, peine de mort…Toujours et partout il s’agit d’agir pour le respect de la vie et de la dignité, en somme de rendre effectifs les droits de l’Homme tels qu’ils sont affirmés dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme .

André Barthélemy est nommé membre de la Commission Consultative des droits de l’Homme où il siègera 9 ans.

En 2012, après avoir quitté la présidence d’Agir dont il devient le président d’honneur, il adhère à VIVERE dont il s’efforce de faire connaître en France les convictions, les objectifs et les réalisations.

Elie Elkaim

Après avoir fait ses études de droit à l’Université de Lausanne, Elie a obtenu un brevet d’avocat et exerce ce métier au sein de l’Etude Loroch, Elkaim, Blanc et Associés. Très tôt sensibilisé à la question de la defense des droits humains, il a presidé la LICRA section Suisse pendant 4 ans et fait partie des membres fondateurs de l’Association “Coexistences”.
Très concerné par les causes défendues par “Vivere”, Elie Elkaim s’est notamment rendu en mission d’observation des Chambres foraines au Sud-Kivu (RDC).

Au sein de l’Ordre des avocats Vaudois, il a dirigé les travaux de la Commission des droits de l’homme avant d’être élu Bâtonnier en 2014. Depuis 2018, Maître Elkaim est à la tête de la Conférence international des barreaux de tradition commune (CIB).

CHRISTIANE BADEL

Née à Genève le 17 mai 1946. Titulaire d’un diplôme de l’Ecole de Commerce, puis d’un brevet de professeur d’éducation physique et de sports à l’Université de Genève. De 1975 à 1977 s’engage comme volontaire dans l’organisation « Frères Sans Frontière » et part au Burundi où elle enseigne l’éducation physique, la méthodologie et les bases d’anglais dans une école normale pour jeunes filles. 1978 reprise de l’enseignement EPS dans les écoles genevoises. S’engage comme bénévole durant les périodes de vacances scolaires à Calcutta chez mère Teresa, à l’hôpital de Lambarénée au Gabon.

En 1988, tout en poursuivant l’enseignement, elle s’engage comme bénévole à Sentinelles pour la mise en place du programme de libération des Enfants Conducteurs d’Aveugles. Puis suivi du programme et missions sur le terrain. En 1993, elle assure également la responsabilité du programme de Sentinelles à Madagascar.

Membre du comité du syndicat des enseignants de l’école primaire à Genève durant 3 années.

Dès septembre 1996 membre du Conseil de fondation de Sentinelles, puis en assume la vice-présidence dès juillet 2010 ainsi que la supervision de plusieurs programmes (Sénégal, Madagascar, Burkina Faso, République Démocratique du Congo) et certaines tâches de gestion du mouvement.

Devient présidente de la Fondation en mars 2014.

RICARDO ANGORA

Ricardo Angora est un psychiatre espagnol qui travaille actuellement dans le secteur public à Madrid. Après avoir obtenu un diplôme en médecine, il a commencé à collaborer avec des associations de santé qui dispensent des soins aux personnes en situation d’exclusion sociale dans la ville de Madrid. En 1994, il a commencé la collaboration avec Médecins du Monde Espagne en tant que travailleur humanitaire dans le conflit bosniaque, puis il a poursuivi sa collaboration dans d’autres contextes humanitaires comme le Pérou, l’Amérique centrale, l’Afghanistan, l’Irak, le Darfour, Haïti, Lesvos et après une brève collaboration avec Vivere, actuellement en Palestine. Entre-temps, il a participé à la vie associative de Médecins du Monde et a fait partie du Conseil d’Administration de 1998 à 2004. Il a également été membre du Conseil d’administration de la plate-forme nationale espagnole des ONG de coopération (CONGDE) de 2005 à 2009. Depuis lors et jusqu’à présent, il est membre du conseil d’administration de la section Droits de l’homme de l’Association espagnole de neuropsychiatrie (AEN). Tout au long de sa vie professionnelle, il a été militant bénévole pour le droit universel à la santé au sein de Médecins du Monde.

SALLY CORCORAN

Sally Anne Corcoran a servi aux Nations Unies pendant 17 ans, de 1994 à 2011, dans les domaines des droits de la personne, de la politique et de l’égalité des sexes. Il a occupé pendant un an le poste d’assistant politique du Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme par intérim et a travaillé à l’UNICEF, à l’OMS et au Secrétariat de l’ONU, à Genève, en Suisse. Les missions sur le terrain comprenaient Haïti, la République dominicaine, la Croatie et Chypre. Toutes ces activités comprenaient une composante genre et droits de l’homme. Elle a travaillé activement contre la traite des femmes et des filles dans le cadre de la mission des Nations Unies à Chypre.

Elle est actuellement boursière de doctorat de l’Irish Research Council (IRC) et chargée de cours au Irish Centre for Human Rights, Faculty of Law, National University of Ireland, Galway. Doctorat en droit international des droits de l’homme 2019. Maîtrise ès arts, relations internationales et droit : Johns Hopkins University, School of Advanced International Studies 1995 & 96, Washington DC & Bologna, Italie. Travail post-universitaire : L’Institut International de Droits de L’Homme, Strasbourg, 25ème session d’étude, 1994, L’Universidad Pontificia ICADE, Madrid, Espagne, Audited Comunidades Europeas 1991, Bachelor of Arts in International Relations, 1990, American University, School of International Service, Wash, D.C et diplômée du Kylemore Abbey Secondary School, Connemara, County Galway, Ireland. Elle a reçu des fonds du gouvernement irlandais et du Conseil de recherche irlandais pour sa recherche actuelle sur les femmes, la paix et la sécurité et le partage du pouvoir entre les sexes dans les opérations de maintien de la paix de l’ONU.

ARIANE WALDWOGEL

Ariane Waldvogel a repris la direction de la Fondation Pro Victimis en avril 2016.

Après quelques années passées avec une ONG au Liban, Mme Waldvogel a fait sa carrière auprès des Nations Unies (PNUD et PAM) et de la Coopération Suisse pour le Développement (DDC). Au fil des années, elle a occupé divers postes à l’étranger, notamment en Tanzanie, Inde, Burkina Faso et Laos, ainsi qu’à New York et Genève pour l’Ambassade Suisse auprès des Nations Unies.

Madame Waldvogel a une Licence en Politique de l’Université de Lausanne et un Master en Development Studies de la London School of Economics.

Conférences

Toutes les conférences auront lieu le 5 octobre 2019 à la rue de Genève 19, 1003 Lausanne (Flon)

Télécharger le programme complet

Nom Fonction Titre de la conférence Heures

Katia ELKAIM

Comité des 20 ans de VIvere

Présentation des 20 ans de Vivere

10:30-10:45

Mike HOFFMAN
Président de Vivere
Présentation de l'association Vivere et de ses actions
10:45-11:15
Christiane BADEL
Présidente de la fondation Sentinelles
Sauvegarde et accompagnement de femmes victimes de viol et de violences dans un contexte de guerre (RdCongo)
11:30-12:00
André BARTHELEMY
Fondateur d’Agir ensemble pour les droits de l’homme
Nécessité d’être accessible par / en soutien concret de petites organisations locales de défense des droits de l’homme dans les contextes les plus violents
12:15-12.45
Sally Anne CORCORAN
Irish Research Council Scholar at the Irish Centre for Human Rights
Protection des droits humains, et des droits de la femme en particulier dans un contexte de trafic
13:00-13:30
Ariane WALDVOGEL
Directrice de la fondation Pro Victimis
Assistance aux victimes du trafic des êtres humains
13:30-14:00
Dr Ricardo ANGORA
Psychiatre des hôpitaux de Madrid, volontaire et ancien président de Médecins du Monde Espagne
Santé mentale et droits humains
14:15-14:45
Juge Renate WINTER
Présidente du comité des droits de l’enfant de l’ONU
Abolition de la peine de mort et de l’emprisonnement à vie de mineurs au moment des faits qui leur sont reprochés, conformément à la Convention Internationale des Droits de l’Enfant
15:45-16:15
Elie ELKAIM
Avocat, ancien Bâtonnier de l’OAV et intervenant ponctuel lors des Chambres foraines en RDC
Soutien à la Justice pour lutter contre l’impunité, Chambres foraines au Sud Kivu
16:30-17:00
Natalia SAVCINA
Coordinatrice de ONG Women's Initiatives (Transnistrie).
Témoignage filmé d'une victime du trafic des êtres humains. Présentation de l’action dans le pays.
17:15-18:00

L'EXPOSITION

En début octobre, Sous les Arches, au Flon, Vivere organise une exposition de photographie. Luc Chessex et Scott Typaldos exposeront , sur le thème des droits humains. La vente des œuvres sera au bénéfice de Vivere.

L’exposition aura lieu du 5 au 11 octobre 2019 (15-19h) à 19h  rue de Genève 19, 1003 Lausanne (Flon)

Vernissage le 4 octobre à 19h

LE CONCERT

Dès 18h00, le 5 octobre 2019, Au D! Club, se produiront des groupes locaux de qualité (rock, jazz funk etc…). L’entrée se fera sur prélocation au bénéfice de Vivere. Les fêtards pourront danser jusqu’au bout de la nuit grâce au DJ du D! Club.

Adresse: Place Centrale 1, 1003 Lausanne

Le concert de Ana Maria Villamizar aura lieu à l’Espace Rez, rue de Genève 19, 1003 Lausanne (Flon)

DE 21H-22h30 AU D! CLUB

68396111_690939978073848_3185604928802390016_n

DE 19h30-20h30 AU D! CLUB

elise

DE 18h30-19h15 AU D! CLUB

villa

DE 15h00-15h30 A L'ESPACE REZ

 Les dépenses pour l’organisation de l’exposition, des conférences et du concert seront entièrement couvertes par une association amie, sans solliciter un seul franc des ressources confiées à Vivere pour ses actions. 

Pous plus d’informations: vivere20@vivere.ch

Télécharger le programme complet

aedl
jean Favre
ecusson ENSR_RVB_4_ copy
Plafondmétal-Annonce 90x63mm