SYRIE

-

Situation

L’ONU qualifie la tragédie d’Idlib de « plus grande histoire d’horreur humanitaire du XXIème siècle ». Treize millions, c’est le nombre de Syriens qui ont été contraints de fuir leur foyer au cours des dix dernières années, c’est à dire 60 % de la population estimée du pays. Dont 6,6 millions sont des réfugiés, qui représentent un quart de la population totale de réfugiés dans le monde, et ceux déplacés à l’intérieur du pays, la plus grande population de personnes déplacées au monde. Le conflit a tué et mutilé des centaines de milliers de civils, contraint des millions de personnes à quitter leur foyer et appauvri le pays. La Syrie a vu son économie s’effondrer, sa monnaie se déprécier et les prix des denrées alimentaires augmenter fortement. Si les violences ont diminué́ par rapport à 2018 et 2019, les besoins demeurent.

Les craignant morts ou dispersés en exil, nous sommes restés longtemps sans nouvelles d’une petite équipe de volontaires, connus sur place durant les années d’avant-guerre, auxquels une profonde amitié nous liait. En octobre 2014, miraculeusement, le contact a été rétabli avec ceux qui ont pu rester en activité. Pour évaluer ce qui est faisable et pour conforter l’équipe locale, l’un des nôtres s’est rendu sur place en 2014, en 2016 puis en 2017. La mission prévue en 2019 a dû être reportée à cause des conflits internes au Liban, passage obligé pour atteindre la frontière syrienne et en 2020 de surcroit en rapport avec la pandémie.

La propagation du COVID-19 dans le pays n’a fait qu’aggraver la situation, compliquant singulièrement la tâche de l’aide humanitaire. L’équipe locale a été très durement atteinte, et nous de même, par le décès de notre chère Fina. Dès le premier jour de la constitution de l’équipe Vivere-Syrie, notre amie s’est positionnée à la pointe de l’action comme coresponsable de ce groupe courageux qu’elle n’a cessé d’inspirer et de motiver dans le travail de terrain malgré les dangers et les défis générés par la guerre.

Objectifs

  1. Lait maternisé 1er âge pour nourrissons dont la maman, sans moyens, ne peut pas allaiter, ou trop peu.

  2. Contribution aux frais de communication et de transport de l’équipe.

-

-

Réalisations 2020

Nous avons pu et dû augmenter l’aide mensuelle en passant de LS 5’000 à LS 10’000 par bébé et par mois ; malgré ce doublement le coût en monnaie forte est moindre.

217 enfants ont reçu un complément lait en 2020, dont 179 nouveaux. En tout 659 contacts/gestes d’accompagnement auprès de ces enfants, dont 480 continuations.

Au moment de la rédaction de ce rapport (avril 2021) et depuis le début de notre engagement, ce travail a permis d’assister :

  • 1’075 nouveau-nés pour leurs besoins vitaux,
  • 92 jeunes mamans pour des accouchements difficiles,
  • 13 femmes injustement incarcérées furent libérées,
  • Faciliter la logistique de l’équipe sur place, dont le courage reste inébranlable.